Salon de thé Cardinal

Je ne m’en cache pas, je suis une grande anglophile. J’ai toujours eu un gros faible pour la culture anglaise, son histoire, son architecture, son chic accent et ses fish and chips. Lors de mon premier voyage en Europe, j’avais passé une semaine à Londres et je me souviens m’y être sentie comme à la maison.

Un autre point commun que je partage avec les Britanniques est mon appréciation pour le thé. Lorsque vient le temps de choisir une boisson chaude, rien ne vaut un bon thé noir. J’aime donc beaucoup le goûter d’après-midi qui le met à l’honneur, accompagné de petits sandwichs, scones, bouchées et pâtisseries.

Depuis quelques années, j’ai l’impression que les salons de thé se sont multipliés et mon favori demeure certainement le Salon de thé Cardinal.

Juché au 2e étage du restaurant Sparrow sur la rue St-Laurent à Montréal, j’ai l’impression de remonter dans le temps dès que je passe la porte. Le mobilier vintage, la mezzanine bordée d’une rampe de fer forgé, la tapisserie, les boiseries, les fauteuils de velours, le piano et le spectaculaire lustre constituent un décor maîtrisé qui vaut le déplacement à lui seul.

Un peu difficile sur mon thé, j’y vais généralement de grands classiques comme le Earl Grey ou le English Breakfast. Côté nourriture, j’ai beaucoup plus la dent salée que sucrée, alors je penche souvent davantage pour les sandwichs que les pâtisseries. Lors de mon dernier passage, j’ai dégusté l’assiette du paysan qui comprend oeuf, fromage, saucissons et marinades. Mais pour dessert, j’ai quand même choisi un petit Eccles cake accompagné de cheddar fort. Il s’agit d’un petit gâteau aux raisins secs. Ça goûte Noël dès la première bouchée et avec le fromage qui vient balancer le tout en ajoutant une touche de salé, c’est absolument délicieux!

Alors en attendant mon invitation pour aller prendre le thé avec la Reine d’Angleterre, je pourrai toujours me réfugier chez Cardinal les jours de pluie. Quoi de plus romantique!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

L’Halloween qui fait peur

Plus jeune, l’Halloween était définitivement une de mes fêtes préférées. Mais en vieillissant, j’ai un peu perdu l’intérêt pour le côté farfelu de la chose. C’est-à-dire que je préfère une fête d’Halloween effrayante et hantée qu’une parade de costumes amusants. Avez-vous déjà vu des photos anciennes de cette fête? Certaines sont réellement effrayantes, voire dérangeantes. Je ne peux m’empêcher d’éprouver un petit malaise en les regardant.

Source mysteryu.com

Source mysteryu.com

Source mysteryu.com

C’est comme les histoires de fantômes. On dirait que ça génère toutes sortes d’idées irrationnelles et que je me mets à imaginer des présences et des sensations que je n’éprouve jamais en temps normal. L’autre soir, une blogueuse a partagé sur Instagram une histoire étrange vécue avec sa petite fille de trois ans. Au moment de la mettre au lit, la fillette a pointé la fenêtre en demandant : « Qui est-ce? » Son père lui a demandé : « Qui ça? Combien sont-ils? Comment sont-ils vêtus? » La petite fille a répondu sans hésiter : « Ils sont deux, habillés en blanc. Ils se sont couchés par terre, ils ne sont pas contents. »

Cette histoire a ensuite provoqué des centaines de commentaires de gens qui racontaient leurs expériences similaires avec leurs jeunes enfants qui auraient des conversations avec des gens « imaginaires ». Certains faisaient des descriptions de leur grands-parents décédés qu’ils n’avaient jamais connus. Je lisais tout ça juste avant d’aller me coucher (évidemment) et je n’étais pas capable d’arrêter. Je suis sceptique, mais une partie de moi ne peut s’empêcher d’y croire. Adolescente, j’ai moi-même expérimenté des choses étranges dans l’ancienne maison de ma mère, mais j’hésite toujours à aborder le sujet, par crainte d’avoir l’air zinzin.

Et vous? Croyez-vous aux fantômes? Que préférez-vous de l’Halloween, le côté amusant ou effrayant?

Je vous laisse avec la photo d’un fantôme d’une fête d’Halloween passée. BOU!

Claude

Je rêve d’une mini maison

Dernièrement, Raphaël et moi, on s’est mis à penser à quel point ce serait agréable d’avoir une mini maison en guise de chalet. Plantée dans une prairie verdoyante à l’orée de la forêt, je m’imagine assise au coin du feu en regardant les vaches paître par la fenêtre. Ça ne risque pas de se concrétiser de sitôt, mais c’est bien permis de rêver non?

Je n’ai pas pu m’empêcher de fureter pour trouver les plus jolis modèles de mini maisons et j’ai eu envie de partager mes trouvailles.

Source Jason Koxvold sur dezeen.com

Source Jason Koxvold sur dezeen.com

Ce cube en apparence très simple de l’extérieur dévoile beaucoup de détails et une bibliothèque murale élaborée à l’intérieur. L’immense fenêtre doit certainement procurer beaucoup de lumière pour un après-midi de lecture au coin du feu.

Ces cabines du parc régional Whitetail Woods situé au Minnesota me sont vraiment tombées dans l’œil. Le toit en pente et l’ouverture spectaculaire du balcon leur donnent un air particulièrement imposant malgré la petite taille du bâtiment. L’architecture et la disposition doivent procurer une belle intimité aux occupants. L’endroit parfait pour une fin de semaine de repos en nature.

Source obsigen.ru

Source obsigen.ru

Je trouve cette petite maison en forme de prisme aussi spectaculaire de l’extérieur que de l’intérieur. La taille et la forme de sa façade de verre sont hors du commun et elle offre un beau cadre au paysage tout en étant à l’abri des éléments. J’aime aussi particulièrement le plafond noir sur lequel contraste bien le coffrage de bois. Ça habille habilement cet espace épuré et ça ajoute un effet dramatique.

Je n’ai pas encore eu la chance de séjourner dans une des habitations de Repère Boréal dans Charlevoix, mais je suis certaine que ça vaut le déplacement. Qui ne rêverait pas d’avoir une vue imprenable sur le ciel étoilé à même le confort de son lit? C’est cette grande fenêtre qui rend la petite cabine aussi singulière et donne l’impression d’être en symbiose avec son environnement. Pas besoin d’ajouter beaucoup d’artifices, les matières naturelles et la forêt font tout le travail.

Si j’avais à construire ma mini maison, elle ressemblerait probablement à celle-ci. Conçue pour maximiser l’espace sans négliger le design, elle est infiniment jolie. L’ingéniosité des concepteurs de l’entreprise québécoise Cabane est impressionnante. Malgré la taille de cette habitation sur roues, tout y est. Cuisine complète, salon qui se transforme en salle à manger ou en chambre d’invité, mezzanine avec grand lit, salle de bain, rien ne manque pour y vivre confortablement. Le tout petit poêle à bois est particulièrement mignon et a de parfaites proportions.

Vraiment, il y a de quoi rêver en regardant l’architecture de ces mini maisons. Elles se marient si bien à leur environnement malgré leur design contemporain. Ah! Comme j’aimerais pouvoir m’y réfugier lorsque la pression de la ville devient trop grande. Un jour peut-être!

Claude