L’art de la spontanéité

img_3054 souper

Je suis une personne plutôt réfléchie en général et je ne suis pas très impulsive. Les embûches de la vie m’ont souvent forcée à ne pas prendre de décision sur un coup de tête et c’est devenu une seconde nature. Toutefois, ça ne veut pas dire pour autant que je n’aime pas un peu de spontanéité au quotidien, parce qu’il faut bien faire des petites folies de temps en temps!

C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup à la maison. Un dimanche soir, Raphaël me lance tout bonnement : « C’est le temps des huîtres si tu as le goût d’en manger. » Et c’est alors qu’une soirée de cuisine, lavage et séance télé en pyjama s’est transformée en chic souper de saumon fumé, huîtres et bulles. Le tout sur fond de jazz des années 30, avec un feu de foyer qui brûle à travers le téléviseur. (Je RÊVE d’avoir un vrai foyer. En attendant, je me détends en écoutant le craquement d’un feu virtuel. Traitez-moi de quétaine si vous voulez, j’assume à 100 %!)

Évidemment, nous n’improvisons pas ce genre de choses tous les jours, mais ça arrive tout de même sur une base régulière. Je ne pense pas que ça rende les occasions spéciales moins spéciales pour autant. Dans ce cas-ci, c’est un souper un peu fancy, dans d’autres occasions c’est un long week-end à Cuba. Toutefois, la chose à retenir avec la spontanéité, c’est que ça n’a pas besoin de coûter cher ou d’être complètement hors des sentiers battus. Ça peut très bien être une toute petite chose qui n’était pas prévue et qui changera légèrement le cours d’une journée ordinaire. Mais peu importe ce que c’est, dans mon cas c’est toujours bienvenu!

Et concernant ce fameux souper improvisé, comme nous sommes un peu gamins, nous n’avons pas pu faire autrement que de le terminer avec un chic dessert digne de la reine d’Angleterre! 😉

img_3058 souper

Claude
© Textes et photographies : Claude Bourgault

Advertisements