Le syndrome de l’imposteur

Avez-vous un esprit créatif? Avez-vous besoin de fabriquer, de concevoir, de vous épanouir artistiquement? J’ai toujours eu besoin d’art et de culture dans ma vie. Pendant longtemps, c’était la musique qui prenait le plus de place. J’ai eu six ans de formation intensive à la flûte traversière à l’adolescence avant de me réorienter vers la basse électrique au début de ma vingtaine. J’ai été membre de plusieurs groupes musicaux, j’ai fait des spectacles dans de nombreux bars et j’ai composé maladroitement quelques chansons. J’étais d’un niveau très amateur, mais j’adorais ça. Les pratiques à chaque semaine et la préparation pour le spectacle suivant avaient quelque chose d’euphorisant.

Puis, je suis entrée dans ma vie d’adulte et j’ai arrêté de jouer de la musique. Mon groupe s’est dissous faute de temps. Chacun avait d’autres priorités et obligations. J’étais triste que ça prenne fin, mais en même temps je n’étais pas fâchée de cette pause qui me permettrait de me consacrer à autre chose.

Après un moment, je me suis mise à sentir un vide artistique, mais il y a eu l’achat de notre maison et tous les travaux et projets qui venaient avec. C’était nouveau, je n’avais jamais vraiment créé avec mes mains ou élaboré de projets de design. J’ai découvert là une toute nouvelle passion et ces projets de maison ont fait germer l’idée d’avoir mon propre blogue où je pourrais écrire et partager créations et découvertes. Souvent, La Maison de Chapeau me met au défi et m’incite à développer encore plus mon esprit créatif afin de produire du nouveau contenu intéressant.

Mais malgré tout ça, encore aujourd’hui, j’ai un peu le syndrome de l’imposteur. Je regarde ma mère qui fait de la peinture et se promène de symposium en symposium, mon père qui sculpte depuis qu’il est tout petit, ma sœur qui a toujours excellé aux arts visuels et qui continue de suivre des cours et d’intégrer de nouvelles techniques artistiques, mon petit frère qui s’intéresse au design de mode et qui apprend la couture par lui-même. Je me compare et j’ai l’impression que mon esprit créatif n’est pas aussi développé que je le voudrais et que mon imagination a ses limites.

Peut-être que je suis dure avec moi-même. Avec Instagram, il est devenu tellement facile pour quiconque a du talent de le partager au monde entier et je trouve ça intimidant. Je suis une personne hyper organisée et je me dis que pour être créatif, il faut nécessairement être brouillon et laisser ses idées vagabonder.

J’ai entrepris l’écriture de ce blogue pour combler un besoin artistique dans ma vie. Certains jours, je ne suis pas inspirée et je me dis que je n’aurai plus d’idées de sujets ou que ça n’intéressera personne. Mais en passant en revue la centaine d’articles que j’ai publiés depuis sa création, je me demande pourquoi je suis si critique envers moi-même. Beaucoup de ces articles ont nécessité l’élaboration et la fabrication de projets manuels et j’ai aussi beaucoup pratiqué la photographie afin d’illustrer mes textes. Bref, je me rends compte que ce syndrome de l’imposteur n’est peut-être pas justifié après tout, mais je trouve bien difficile de m’enlever cette étiquette! Peut-être que ça devrait être ma résolution tardive pour 2018.

Et vous, êtes-vous victime de ce fameux syndrome parfois?

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s