Petites astuces pour réduire ses déchets

Le mouvement anti-plastique bat son plein, les pailles, les sacs et les bouteilles à usage unique sont dans la mire et il était temps! À la maison depuis quelques années, nous avons changé bon nombre de nos habitudes afin de limiter notre impact sur l’environnement. Tout ne se fait pas du jour au lendemain, mais petit à petit, nous polluons moins. Voici quelques-unes de nos habitudes faciles à adopter et qui peuvent faire la différence au quotidien.

Les contenants de verre

Dans mon lunch, dans mon frigo et mon garde-manger, les plats de plastique ont presque 100% fait place aux contenants de verre. Je suis une très grande fan des pots Masson et j’en utilise à tous les jours pour apporter mon lunch au travail. En plus d’être étanches, ils sont offerts en plusieurs formats et ne coûtent pas très cher. Idéal pour les vinaigrettes et soupes, mais j’y mets aussi des crudités, des tranches de fromage, des oeufs cuits durs, n’importe quoi! Je les utilise aussi dans mon garde-manger pour les aliments que j’achète en vrac (j’y reviendrai). Parfait pour le riz, le sucre, les noix, les fruits secs… Sinon, je préfère aussi les plats de verre avec couvercle au plats de plastique de type Tupperware. Je suis bien plus à l’aise de faire chauffer mon lunch dans un plat de verre qu’un plat de plastique!

Les sacs réutilisables

Ceux-ci commencent à être bien ancrés dans les habitudes de beaucoup de consommateurs. Pour ma part, j’en ai avec moi 99% du temps. Ils en existent des formats compacts qui peuvent facilement se ranger dans un sac à main ou sac à dos. Mais il y a quelques mois, je suis aussi passée au sacs réutilisables pour mes fruits et légumes à l’épicerie. Terminé les petits sacs de plastique transparents! Ils sont en tissu très léger (fabriqué à partir de plastique recyclé!), ce qui permet au caissier de voir à travers au moment d’entrer le code d’un produit. Ils sont lavables et je ne me vois plus m’en passer!

Les achats en vrac

Plusieurs commerces d’achats en vrac et zéro déchet ont fait leur apparition dans les dernières années. J’y apporte mes contenants vides (vive les pots Masson encore une fois!), je les fais peser avant de les remplir et je ne paye donc que pour le contenu et non le poids du contenant. J’y achète des fruits séchés, farines, sucres, pâtes, riz, beurre d’arachides, mais aussi du shampoing, savons de toutes sortes, dentifrice… Ils ont BEAUCOUP de choix. Ça permet aussi d’acheter exactement les quantités dont on a besoin. Pas de gaspillage!

Les emballages alimentaires à la cire d’abeille

Je cherchais un moyen d’éliminer la pellicule plastique et j’ai récemment fait l’achat d’emballages alimentaires à la cire d’abeille. Il s’agit d’un tissu de fibres naturelles enduit de cire d’abeille qui le rend malléable pour emballer toute sorte de choses. Au Québec, il y a la compagnie B Factory qui en propose. Il est possible de les laver avec un savon doux et de l’eau froide, on les laisse sécher et ils sont prêts à être réutilisés. Attention d’éviter toute source de chaleur toutefois, car elle ferait fondre la cire! On dit que bien entretenu, les emballages peuvent être utilisés pendant environ 1 an et sont compostables par la suite.

Les tampons démaquillants réutilisables

La fabrication de tampons démaquillant est plutôt polluante et ils ne sont pas compostables. Je n’ai donc pas hésité à adopter leur équivalent réutilisable. Plusieurs compagnies québécoises en proposent. Pour ma part, j’utilise ceux-ci et je les aime beaucoup. Je les lave à la machine dans un sac à sous-vêtements et je les laisse sécher à l’air libre. C’est tout simple! La prochaine étape serait de faire la même chose pour les mouchoirs. Je n’ai pas encore fait le saut, mais j’y songe!

Les achats locaux

Encourager l’économie locale est non seulement bénéfique pour notre société, mais réduira aussi l’empreinte écologique en minimisant les transports. Je prends beaucoup plus conscience de la provenance de mes produits et si possible, je préfère l’achat d’un produit québécois à un produit étranger. L’épicerie est le plus touchée, étant donné la fréquence de mes visites.

Rembourser sa dette de gaz à effet de serre

En revenant de notre voyage dans l’ouest des États-Unis en mars dernier, Raphaël a eu l’idée de rembourser notre dette de gaz à effet de serre. On ne se le cachera pas, voyager, c’est presque toujours polluant. Il existe donc des organismes qui nous aideront à calculer notre production de gaz à effet de serre (pour un vol d’avion par exemple) et nous offrirons des options de crédits compensatoires pour financer, par exemple, des énergies renouvelables ou la reforestation. Pour notre voyage, nous avons acheté des crédits compensatoires par l’intermédiaire du site Less.ca.

Évidemment, ça ne s’arrête pas là! Il y a tout plein d’autres façons de réduire ses déchets, que ce soit par le compostage, le don ou la vente des objets qui ne servent plus, le recyclage de ses produits électroniques, la planification de ses repas pour éviter le gaspillage de nourriture… L’important, c’est de faire ce qu’on peut, dans la mesure de nos moyens.

Et vous, que faites-vous pour réduire la taille de votre sac d’ordures?

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

Une réflexion sur “Petites astuces pour réduire ses déchets

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s