Beurre maison

J’ai souvenir que dans mon cours de science de la nature au primaire, nous avions fait du beurre. Chacun avait participé au barattage et à la fin de la classe, nous avions pu goûter à notre beurre maison. J’avais beaucoup aimé l’activité et dans ma vie d’adulte, j’ai souvent pensé à renouveler l’expérience sans toutefois concrétiser cette idée.

Faisons un saut dans le temps jusqu’au début du mois de janvier, où j’ai réécouté une série documentaire sur l’époque victorienne dans laquelle des madames barattaient du beurre avec beaucoup de plaisir et d’entrain. Dans un élan de motivation suprême, j’ai filé à l’épicerie m’acheter de la crème pour réaliser mon beurre maison. Certes, ça prend un peu d’énergie, mais le résultat sera absolument identique à ce que vous pouvez acheter à l’épicerie. La satisfaction de l’avoir fait vous-même en plus, évidemment!

Pour les curieux, voici ce dont vous aurez besoin pour faire environ 1 tasse de beurre.

  • 473 ml de crème 35 % à fouetter
  • Sel au goût (facultatif)
  • Un ou deux pots Masson
  • Deux cuillères de bois
  • Une passoire et un bol (si vous désirez récupérer le lait de beurre ou babeurre)
  1. Verser la crème dans le pot Masson et agiter vigoureusement pendant 10 à 15 minutes. Il peut être plus facile de séparer la crème dans deux pots différents. Ça laisse ainsi plus d’espace pour qu’elle soit agitée. La crème deviendra d’abord fouettée. C’est à cette étape-ci que j’ajoute le sel. Il faut continuer à secouer le pot jusqu’à ce qu’une boule de beurre se forme et que le lait de beurre s’en sépare complètement. Vous verrez, c’est assez soudain comme réaction!
  2. Si vous souhaitez conserver le lait de beurre pour faire du pain ou des pâtisseries, égouttez le beurre dans une passoire ayant préalablement été placée dans un bol.
  3. Récupérer la boule de beurre avec les cuillères de bois. Il ne faut pas utiliser les mains, car la chaleur le ferait fondre. À l’aide des cuillères, presser, replier, frapper le beurre pour en extraire le maximum de lait de beurre.
  4. Rincer le beurre sous l’eau et continuer de presser pour extraire le liquide. Répéter le rinçage 2 ou 3 fois. L’extraction du babeurre aidera à avoir une texture onctueuse et ferme et augmentera également le temps de conservation du produit.
  5. Une fois terminé, je range mon beurre dans un contenant hermétique et je le conserve au frigo.

Je ne me prétends pas spécialiste en la matière, mais si j’ai bien compris, agiter la crème fait en sorte que les particules de gras se frappent entre elles et s’agglomèrent. Une belle expérience à réaliser avec les enfants!

Pour ma part, je vous jure que mes toasts de pain maison avec du beurre maison et de la confiture maison étaient délicieuses en titi! Une telle satisfaction! 🙂

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

Un cocktail méconnu : le Pimm’s cup

Un de mes alcools favoris est sans contredit le Pimm’s. Cet apéritif à base de gin produit en Grande-Bretagne se consomme généralement en cocktail et est plutôt doux avec ses 25 % d’alcool. Je croyais que le Pimm’s était une boisson assez connue, mais j’ai constaté que dans mon cercle d’amis et ma famille, personne n’avait eu le loisir de le déguster. Je vous présente donc un cocktail classique : le Pimm’s cup. Ce n’est nullement une création de ma part, mais seulement un cocktail que j’aime tout particulièrement.

  • 1 once de Pimm’s
  • Environ 150 ml de soda gingembre ou 7 Up
  • Une rondelle de concombre
  • Le jus d’une demi-lime
  • Des glaçons

Dans un verre de type lowball, écraser la rondelle de concombre à l’aide d’un pilon. (Petite astuce, si vous n’avez pas de pilon, un presse agrume pourrait vous faciliter la vie.) Ajouter les glaçons, le Pimm’s et le jus de lime. Terminer avec le soda.

Après en avoir offert à plusieurs de mes invités, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui n’appréciait pas le Pimm’s cup. En plus, c’est une fichue de belle bouteille à garder dans son minibar!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Top 10 de l’année

En cette fin d’année, j’ai passé en revue tous les articles publiés en 2017 sur La Maison de Chapeau. Voici donc mon petit palmarès personnel de ceux que j’ai particulièrement aimé écrire.

JANVIER

Quelques trucs de comment intégrer des livres dans son décor sans bibliothèque. Pour moi, les livres sont de si beaux objets, ils sont des éléments décoratifs que j’aime disperser un peu partout dans ma maison.

MARS

En mars, je partageais avec vous mon besoin de sortir occasionnellement de la ville et de la routine. À plusieurs reprises, Raphaël et moi avons loué cette superbe maison de campagne pour nous reposer et décrocher. L’endroit a malheureusement (pour nous) été vendu, mais nous en garderons de merveilleux souvenirs.

AVRIL

Ce petit DIY tout simple à réaliser a amélioré ma qualité de vie, ce n’est pas peu dire! J’aime prendre un bain en regardant une émission sur mon ordinateur. D’ailleurs, le bain était l’une des choses qui m’enchantaient le plus lorsque nous avons acheté notre loft. J’en ai été privée pendant beaucoup trop longtemps! Cette tablette rend cette expérience de détente infiniment plus confortable et en plus, elle est beaucoup plus belle que bien des tablettes qu’on retrouve en boutique.

MAI

Pour la fête des Mères, je me suis donnée corps et âme dans l’organisation d’un thé à l’anglaise pour ma maman chérie. J’étais franchement fière du résultat et je pense que toute ma famille a adoré.

Aussi en mai, je vous partageais notre petite escapade d’une nuit au Diable Vert. Avec son pâturage sur fond de montagnes et les vaches Highland qui cohabitent avec les campeurs, on dirait un petit coin d’Europe transporté en Estrie!

JUIN

Pour nos vacances cette année, nous nous sommes envolés pour le très chaud Bélize. La deuxième plus grande barrière de corail au monde et les ruines Maya nous attendaient pour nous en mettre plein la vue. De jolis souvenirs pour nous!

AOÛT

Dans un tout autre registre, si vous n’avez pas encore essayé cette recette de macaroni au fromage fumé, vous ne savez pas ce que vous manquez! Juste d’y penser j’ai envie d’en manger!

SEPTEMBRE

En septembre, j’ai restauré une vieille chaise qui a appartenu à ma grand-mère. La pauvre avait eu la vie difficile pendant très longtemps. Mais il a été si simple de lui redonner une deuxième vie, ça aurait été bien triste qu’elle trouve le chemin du dépotoir sans être secourue.

C’est aussi au début de l’automne que nous nous sommes exilés le temps d’une fin de semaine chez Kabin Sutton. À défaut de ne plus pouvoir retourner dans la belle maison de campagne du Rang C, nous avons trouvé un autre endroit où repos et nature sont au rendez-vous. Je recommanderais l’endroit à n’importe qui!

NOVEMBRE

Et finalement, parce qu’éviter le gaspillage me tient vraiment à cœur et que c’est un peu une fierté personnelle d’être capable de l’éviter au maximum, j’ai écrit cet article dans lequel j’ai partagé quelques trucs pour planifier mon menu et éviter de jeter de la nourriture.

Somme toute, une année bien remplie! J’ai déjà des idées de sujets à vous partager pour 2018. Alors à l’an prochain j’espère!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault