Top 10 de l’année

En cette fin d’année, j’ai passé en revue tous les articles publiés en 2017 sur La Maison de Chapeau. Voici donc mon petit palmarès personnel de ceux que j’ai particulièrement aimé écrire.

JANVIER

Quelques trucs de comment intégrer des livres dans son décor sans bibliothèque. Pour moi, les livres sont de si beaux objets, ils sont des éléments décoratifs que j’aime disperser un peu partout dans ma maison.

MARS

En mars, je partageais avec vous mon besoin de sortir occasionnellement de la ville et de la routine. À plusieurs reprises, Raphaël et moi avons loué cette superbe maison de campagne pour nous reposer et décrocher. L’endroit a malheureusement (pour nous) été vendu, mais nous en garderons de merveilleux souvenirs.

AVRIL

Ce petit DIY tout simple à réaliser a amélioré ma qualité de vie, ce n’est pas peu dire! J’aime prendre un bain en regardant une émission sur mon ordinateur. D’ailleurs, le bain était l’une des choses qui m’enchantaient le plus lorsque nous avons acheté notre loft. J’en ai été privée pendant beaucoup trop longtemps! Cette tablette rend cette expérience de détente infiniment plus confortable et en plus, elle est beaucoup plus belle que bien des tablettes qu’on retrouve en boutique.

MAI

Pour la fête des Mères, je me suis donnée corps et âme dans l’organisation d’un thé à l’anglaise pour ma maman chérie. J’étais franchement fière du résultat et je pense que toute ma famille a adoré.

Aussi en mai, je vous partageais notre petite escapade d’une nuit au Diable Vert. Avec son pâturage sur fond de montagnes et les vaches Highland qui cohabitent avec les campeurs, on dirait un petit coin d’Europe transporté en Estrie!

JUIN

Pour nos vacances cette année, nous nous sommes envolés pour le très chaud Bélize. La deuxième plus grande barrière de corail au monde et les ruines Maya nous attendaient pour nous en mettre plein la vue. De jolis souvenirs pour nous!

AOÛT

Dans un tout autre registre, si vous n’avez pas encore essayé cette recette de macaroni au fromage fumé, vous ne savez pas ce que vous manquez! Juste d’y penser j’ai envie d’en manger!

SEPTEMBRE

En septembre, j’ai restauré une vieille chaise qui a appartenu à ma grand-mère. La pauvre avait eu la vie difficile pendant très longtemps. Mais il a été si simple de lui redonner une deuxième vie, ça aurait été bien triste qu’elle trouve le chemin du dépotoir sans être secourue.

C’est aussi au début de l’automne que nous nous sommes exilés le temps d’une fin de semaine chez Kabin Sutton. À défaut de ne plus pouvoir retourner dans la belle maison de campagne du Rang C, nous avons trouvé un autre endroit où repos et nature sont au rendez-vous. Je recommanderais l’endroit à n’importe qui!

NOVEMBRE

Et finalement, parce qu’éviter le gaspillage me tient vraiment à cœur et que c’est un peu une fierté personnelle d’être capable de l’éviter au maximum, j’ai écrit cet article dans lequel j’ai partagé quelques trucs pour planifier mon menu et éviter de jeter de la nourriture.

Somme toute, une année bien remplie! J’ai déjà des idées de sujets à vous partager pour 2018. Alors à l’an prochain j’espère!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

Inspiration grands tapis

Habitant un loft, notre maison est évidemment à aire ouverte. Dans le but de délimiter l’espace salon et lui donner sa personnalité bien à lui, nous avons utilisé un tapis. Nous avons présentement celui-ci.

Source ikea.com

Je voulais absolument un tapis coloré et ils peuvent être plus difficiles à trouver qu’on pourrait le penser! Moins salissants, les tons de gris, brun et beige dominent l’univers du tapis. Et les tapis persans ne convenaient tout simplement pas à notre décor. J’aime toujours ma carpette canari, mais pour être honnête, elle est un peu trop petite pour notre espace. Et c’est encore plus évident depuis que nous avons changé notre mobilier. Pour éviter de me départir de mon tapis chéri, j’ai eu l’idée d’en trouver un qui pourrait bien s’y agencer et combler mon espace vide en optant pour la superposition. Voici donc le palmarès de mes quelques trouvailles.

J’aime bien les motifs hexagonaux en général, mais celui-ci est également rempli de textures. Simple, mais original à la fois.

Parlant de texture, j’ai toujours adoré les tricots à grosses mailles. J’ai envie de m’enrouler dans ce tapis comme dans une couverture.

Source wayfair.ca

J’ai toujours eu un petit faible pour les rayures. Elles me semblent indémodables.

Un autre exemple de simplicité rehaussée par une texture contrastée. Pas besoin de couleurs dans ces cas-là, le motif en 3D est amplement suffisant.

Source wayfair.ca

Ce design a un petit quelque chose de rétro qui me plait. Les lignes fines alliées aux accents de couleur jaune, c’est tout à fait au point.

J’aime bien les matières naturelles. Ces chevrons noirs ressortent à merveille sur ce tapis de jute.

Source nuspace.ca

Un design très simple, mais avec tellement de punch! Je suis persuadée que sans les espaces blancs donnant une impression d’inachevé, cette carpette serait plus quelconque.

Ce motif me fait penser à une tapisserie. Un peu plus complexe que les précédents.

Source ikea.com

Je crois toutefois avoir un petit coup de cœur pour celui-ci. Des lignes droites, un motif non constant. J’aime sa complexité maîtrisée.

J’ai matière à réflexion, ça c’est certain! Je vous laisserai connaître le verdict lorsque notre salon sera complété. Après plus de 2 ans à y habiter, il nous reste quelques ajustements à faire. On m’a souvent dit qu’une maison reste toujours inachevée, je dois avouer que je suis un peu d’accord!

Et vous? Que me conseillez-vous?

Claude

 

Mur en planches de cèdre

Dès l’achat de notre loft, nous avons parlé de couvrir la surface d’un mur avec du bois. Nous avions pensé à du bois de grange dans la chambre, mais j’ai vite changé d’idée. Car bien que je trouve que ça se prête bien à un espace commercial, je trouve que c’est un peu moins le cas dans un cadre résidentiel. Il faut aussi dire que nos murs sont immenses, ça aurait été plutôt cher et ambitieux! Mais il y a environ un an, l’idée du bois comme revêtement mural est revenue. Nous avions en tête de couvrir un mur du salon de planches de cèdres. Comme ce mur est composé en grande partie de fenêtres, la surface à couvrir était raisonnable. Et pourquoi le cèdre? Parce que c’est beau, ça sent bon et c’est très léger, donc pas trop lourd à supporter pour le mur.

Le design que nous avions retenu nécessitait d’apposer les planches à l’horizontale et je tenais à ce qu’elles fassent toute la largeur du mur. Il n’était toutefois pas évident de trouver de belles planches de 11 pieds de longueur qui ne coûteraient pas une fortune. Mais heureusement pour nous, ma mère, qui est en projet de construction avec son conjoint, devait justement se couper du cèdre pour un revêtement extérieur. Je dis « se couper », car ils bûchent eux-mêmes une partie du bois pour leurs travaux. Bref, ils nous ont fait le cadeau de nous fournir toutes les planches dont nous avions besoin. Ce beau projet est donc encore plus spécial pour moi!

Voici à quoi ressemblait le mur au départ. Il était blanc avec des rideaux blancs. Comprenez-moi bien, j’adore les murs blancs, mais dans l’espace vaste que nous habitons, ça manquait un peu de personnalité.

Notre technique de construction a été bien simple. Nous avons vissé des supports de bois au mur en les fixant sur les colombages. On s’assurait ainsi une bonne résistance pour supporter les longues planches. Une à une, nous les avons mesurées et coupées en nous ajustant selon les imperfections du mur.

Comme le bois est un matériau naturel, certaines planches n’étaient pas parfaitement droites. J’ai donc utilisé un rabot pour faire des ajustements mineurs. Heureusement, le cèdre est un bois mou, donc très facile à raboter.

Pour fixer les planches au mur, nous avons utilisé un camo. Il s’agit d’un outil qui permet de visser en angle de 45 degrés. Ça nous a permis de n’avoir aucune vis apparente, donnant ainsi un fini franchement plus joli! Cet outil est conçu pour la construction de terrasses extérieures et lorsqu’on le fixe à la planche, cela crée obligatoirement un petit espace entre les morceaux de bois. Comme c’est exactement l’effet que nous voulions avoir, c’était l’outil parfait pour nous. (Notez ici que ce sont les mains de Raphaël sur cette photo et non les miennes! Ha!)

Nous n’avons pas rencontré d’embûches importantes dans la réalisation de ce projet, mais nous y avons mis le double du temps que nous avions évalué au départ, soit deux jours entiers. Malgré les courbatures et la fatigue à la fin de la deuxième journée, nous étions tellement contents! Non mais, regardez-moi ça!

Nous avions commencé à réinstaller les rideaux aux fenêtres, mais nous en sommes venus à la conclusion que c’était mieux sans. Certes, notre vue « à la New Yorkaise » n’est pas la plus belle du monde (difficile à voir à contre-jour, mais nous avons vue sur un autre édifice commercial), mais ça met nettement plus le mur en valeur. Je trouve que le bois ajoute énormément de dimension à la pièce et ça donne beaucoup de caractère. Le résultat est exactement tel que je l’avais imaginé! Et en plus, puisque le bois est une matière très absorbante, la présence de ce mur en planches de cèdre a réduit de manière considérable l’écho dans notre maison, ce qui est un point super positif pour nous!

Maintenant que ce projet peut être rayé de notre liste, je suis prête pour le prochain! 🙂

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault