Les outils de base

Qu’on se le dise, ce n’est pas donné à tout le monde d’être doué pour les travaux manuels. J’ai énormément appris depuis que nous avons acheté notre maison, mais je suis loin d’être rendue au niveau expert. Toutefois, au fil de nos petits et plus grands travaux, j’ai constaté qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un énorme coffre à outils pour se débrouiller dans une maison.  Voici donc quelques recommandations d’outils de base à acquérir.

UN MARTEAU

C’est l’évidence me direz-vous, mais je crois qu’il est important de choisir un marteau d’un poids respectable, car il sera plus polyvalent. Un très petit marteau suffira si vous n’avez qu’à taper sur de petits clous de finition dans le but d’accrocher un cadre léger, mais il ne vous offrira pas la force nécessaire pour enlever les clous du bois que vous désirez recycler en table de salon par exemple.

UN TOURNEVIS À EMBOUTS MULTIPLES

Un tournevis à embouts multiples que l’on peut ranger à l’intérieur de la poignée est infiniment pratique puisque vous pourrez l’utiliser avec une vaste variété de vis, tout en économisant de l’espace de rangement. Il est vrai que certaines situations nécessitent un tournevis à plus long manche, mais dans la vie de tous les jours, vous vous débrouillerez très bien.

UNE PERCEUSE

Si vous devez ne choisir qu’un seul outil électrique, je vous recommanderais assurément d’opter pour la perceuse. Car en plus de pouvoir visser rapidement et avec beaucoup de force, elle permet, comme son nom l’indique, de percer des trous. J’opterais dans un premier temps pour une perceuse classique plutôt qu’à percussion. Cette dernière est principalement utilisée sur les matériaux durs, donc pour des besoins plus précis. Pour ma part, je préfère la mobilité d’une perceuse à pile, mais attention de choisir une pile assez puissante (18 volts dans mon cas). Et si vous n’en faites qu’une utilisation occasionnelle, un modèle d’entrée de gamme fera parfaitement l’affaire.

UN RUBAN À MESURER

Il faut de la précision pour assurer une construction réussie. Le ruban à mesurer deviendra votre meilleur ami. Je préfère les rubans qui offrent 2 unités de mesure. Les centimètres sont plus précis, mais les pouces demeurent la norme en construction.

UNE ÉQUERRE

Dans la même lignée que le ruban à mesurer, l’équerre vous permettra d’obtenir une meilleure précision lors de vos tracés de coupe par exemple. Il existe des modèles en plastique très abordables, c’est ce que j’ai et je m’en tire très bien.

DU RUBAN ADHÉSIF

Le ruban adhésif peut servir à toutes les sauces, c’est pourquoi j’en ai toujours une variété à portée de main. Ruban de masquage pour les travaux de peintures, ruban adhésif transparent pour l’emballage ou le fameux duck tape, qui pourra vous sauver la vie et avec lequel vous pourrez faire des réparations temporaires.

UN NIVEAU LASER (OU UN NIVEAU TOUT COURT)

Nous avons acheté un niveau laser peu après avoir acquis la maison et je ne compte plus les fois où nous l’avons utilisé. Que ce soit simplement pour accrocher des cadres ou des tablettes, pour la construction de notre miroir rétroéclairé, pour la réalisation de notre murale en ruban Washi, pour la pose de notre dosseret, pour la réalisation de notre tête de lit en peinture, le niveau laser est hyper pratique. Si vous n’avez pas tant d’ambition, un niveau traditionnel vous permettra tout de même d’installer vos tablettes Ikea afin qu’elles soient bien droites.

UNE SCIE SAUTEUSE

Pour les projets nécessitant de petites coupes, la scie sauteuse peut être une bonne alliée. Petite et facile à manipuler, elle pourra vous dépanner dans bien des cas. C’est d’ailleurs avec ma scie sauteuse que j’ai réalisé cette mignonne « cabane à pipi ». Tellement plus jolie qu’une grosse litière en plastique! Pour le tutoriel, c’est sur un blogue que j’adore : A Beautiful Mess. Allez jeter un coup d’œil!

Vous serez donc surpris de constater la quantité de projets qui peuvent facilement être réalisés avec ces quelques outils. Et pour l’habileté à les manier, il n’y a pas de miracle, il faudra de la pratique!

Bons travaux!

Claude
© Textes et photographies : Claude Bourgault

DIY coffre tout simple!

photo-17-01-29-14-17-03 coffrePuisque notre atelier fait aussi office de chambre d’amis, je cherche toujours des façons de le rendre plus coquet pour la visite. Nous avons un grand PAX qui sert de rangement dans la pièce et c’est là que nous y cachons tous nos outils. Cependant, puisque notre collection grossit peu à peu, l’espace commençait à manquer. J’ai donc eu l’idée de fabriquer un coffre à outil. Une boîte bien simple, qui permettrait d’ajouter du rangement tout en étant jolie. Voici comment je m’y suis prise.

J’ai été très chanceuse, puisque la fabrication de ce petit meuble ne m’a rien coûté du tout! Une voisine cherchait à se débarrasser d’une planche de contreplaqué, je l’ai vite contactée, trop contente de ne pas avoir à en acheter. Et le recyclage c’est si beau, non? Bref, j’ai calculé les dimensions des panneaux selon la taille finale souhaitée pour le coffre (21.5" L x 22" H x 20" P) et j’ai ensuite tracé tous les morceaux sur la planche avant de débuter la coupe. J’ai utilisé une équerre pour être certaine que mes traits soient bien droits. Et petit truc, j’ai noté la disposition des panneaux (avant, arrière, dessus, dessous…) avant de les couper. Ça accélère le processus d’assemblage par la suite.

_dsc6187-blog coffre

Armée de ma scie ronde et de beaucoup de prudence, j’ai taillé tous les morceaux. Mieux vaut prendre son temps et tout revérifier avant de se lancer. S’il est possible de tailler un morceau trop grand, c’est plus problématique quand le morceau est trop petit!

Pour l’assemblage, j’avais d’abord pensé à coller et clouer les côtés, mais j’ai finalement opté pour de simples vis. Le coffre ne sera pas souvent déplacé et ça ne me dérangerait pas que les têtes de vis soient apparentes sur les côtés. Toutefois, j’ai pris soin de pré-percer les trous avant de visser. Ça réduit les risques que le bois ne fende.
photo-17-01-29-14-25-49 coffre

J’ai donc tout assemblé à l’exception du couvercle et j’ai peint le coffre en blanc. Si votre contreplaqué est beau, il peut être intéressant de le laisser naturel. Pour ma part, comme la planche qu’on m’a donnée avait été partiellement peinte d’un côté, je préféré tout repeindre.

photo-17-01-29-14-24-05 coffrephoto-17-01-29-14-26-44 coffrePour fixer le couvercle, j’ai simplement utilisé deux charnières. Le coffre sera adossé à un mur, je n’avais donc pas besoin d’utiliser une chaînette pour retenir le couvercle ouvert. J’ai toutefois pris soin de pré-percer les trous avant de visser. Et petit truc, pour éviter de passer à travers le bois avec la mèche, je colle un bout de ruban indiquant jusqu’où percer. Super simple et ça évite les accidents!

photo-17-01-29-14-26-23 coffrephoto-17-01-29-14-25-21 coffre_dsc6203-blog coffre

Et finalement, pour mon côté artistique, j’ai peint des silhouettes d’outils sur le dessus. J’ai trouvé des modèles sur Internet que j’ai imprimés et ensuite découpés dans un acétate. Je l’ai collé sur le coffre et j’ai pris soin de protéger toutes les surfaces que je ne souhaitais pas peindre. Puisque j’ai utilisé de la peinture en aérosol, cette étape est très importante. L’aérosol produit une fine poudre très vaporeuse qui retombe ensuite sur les objets et les planchers. Plutôt salissant et indésirable…
photo-17-01-29-14-17-22 coffrephoto-17-01-29-14-17-40 coffreEt voilà! Je suis très contente de cet ajout qui augmente le rangement tout en cachant les objets qu’on ne veut pas voir à tous les jours. Évidemment, ce même coffre pourrait être utilisé pour autre chose que des outils, que ce soit jouets, literie ou même comme boîte à bois. Et si vous êtes assez chanceux pour avoir un foyer à la maison, je vous envie, vous n’avez pas idée!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault