DIY bouquets de pompons

Que ce soit au sommet d’une tuque, aux coins d’un coussin ou sur la bordure d’un sombrero, j’ai toujours trouvé que les pompons savent donner un air de fête. J’ai eu envie de faire quelques bouquets (comme des bouquets de fleurs), histoire de faire arriver le printemps un peu plus vite. Voici comment j’ai procédé.

  1. Utiliser un verre en guise de gabarit pour faire 2 rondelles de carton. Plus le diamètre de la rondelle est grand, plus le pompon sera gros. Découper un plus petit cercle à l’intérieur pour ainsi obtenir deux beignes. Couper une fente à un endroit afin d’avoir accès au centre.
  2. En prenant soin de combiner les deux disques, y attacher l’extrémité de la laine pour éviter qu’elle ne glisse. Enrouler le fil en plusieurs épaisseurs sur toute la surface. Plus l’épaisseur sera grande, plus le pompon sera dense.
  3. En glissant des ciseaux entre les deux cartons, couper tous les fils de laine. Cette étape demande un peu de délicatesse, afin d’éviter que les brins de laine ne se défassent et sortent du centre du disque.
  4. En insérant un bout de laine entre les deux disques, faire un tour pour retenir tous les brins et faire un noeud pour les emprisonner. Une fois cette étape complétée, il est possible de retirer les disques de carton.
  5. Il se peut que quelques fils soient plus long, simplement utiliser des ciseaux pour les tailler.
  6. Pour la présentation, j’ai tapissé l’intérieur de petits verres de papier d’emballage, créant ainsi des vases colorés. Puis, en guise de tige, j’ai piqué les pompons sur des baguettes de bois.

Voilà! Ces petits bouquets seraient parfaits comme centre de table et ils ne coûtent presque rien à produire. Ils seront parfaits pour toutes les occasions!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

DIY tablette pour le bain

Je suis une grande fan des bains accompagnés d’une émission de télé. Ça me détend, ça me divertit, c’est le parfait combo. Mais j’avais toutefois cruellement besoin d’une tablette pour le bain, qui me permettrait d’y déposer chandelles et ordinateur. Je m’assurerais ainsi de garder mon appareil électronique au sec, tout en ayant une position plus confortable.

Telle ne fut pas ma surprise de constater que ce genre d’objet très simple pouvait afficher un prix assez élevé. Du moins, les tablettes que j’ai trouvées qui avaient un design intéressant. (Ce qui n’est vraiment pas toujours le cas!) J’ai donc vite opté pour une version DIY, surtout que c’est pas mal un des projets les plus simples à réaliser.

De passage à la cour à bois, mon œil a été attiré par une superbe planche de teck. C’est sa belle couleur et son grain qui m’ont d’abord séduite, mais après avoir lu un peu plus sur cette essence, j’ai constaté qu’il s’agissait d’un bois plus cireux et résistant à l’eau. C’était donc doublement parfait pour un objet qui allait côtoyer de près la baignoire.

Après avoir soigneusement mesuré la largeur du bain, j’ai taillé la planche afin d’obtenir deux morceaux de taille égale – le but étant de les coller côte à côte pour obtenir une tablette plus large. Et j’ai simplement donné quelques coups de rabot afin que le joint central soit bien fermé. Pour plus de sécurité, j’ai taillé deux petits morceaux de 1 po de largeur. Ceux-ci allaient servir à retenir la planche aux rebords du bain pour éviter qu’elle ne tombe dedans (ce qui serait franchement fâcheux). Afin d’adoucir les angles, j’ai sablé tous les côtés pour les aplanir un peu.

J’ai également sablé les deux planches avec du papier sablé de grade 80, 120 et 220 pour la rendre bien lisse. Par la suite, j’ai étendu un trait de colle à l’époxy avant de coller les deux morceaux de bois sur le sens de la longueur. J’ai utilisé de l’époxy à cause du côté cireux du teck. En général, de la colle à bois fait très bien l’affaire. J’ai ensuite utilisé des serre-joints afin que rien ne glisse pendant le séchage.

Une fois la tablette bien collée, j’ai répété l’étape du sablage une deuxième fois pour effacer toutes traces de débordement de colle. J’avais dans l’idée de visser les bâtonnets sous la planche, mais j’ai dû réviser mes plans… Bien que j’aie pris la peine de percer les trous avant de visser, un des blocs a fendu lorsque j’ai voulu le fixer. J’ai donc opté pour un plan B, qui était de simplement coller les deux petites pièces de bois. Comme quoi on est souvent appelé à improviser lorsqu’un réalise un projet pour la première fois! Et petit truc, avant de les coller définitivement, je les ai fixés avec un ruban adhésif et j’ai déposé la tablette sur le bain afin de valider mes mesures.

L’étape finale a été de protéger le bois avec de l’huile de teck. Je voulais un fini mat et l’huile était tout indiquée pour bien faire ressortir le grain tout en protégeant ma tablette. L’application à l’aide d’une éponge à teinture a été hyper facile et rapide. Je vous recommande toutefois de vous informer sur les meilleurs produits à utiliser selon l’essence de bois que vous aurez choisie.

Maintenant je n’ai qu’une seule envie! Un long bain chaud, un cocktail, une chandelle et un bon film!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

DIY coffre tout simple!

photo-17-01-29-14-17-03 coffrePuisque notre atelier fait aussi office de chambre d’amis, je cherche toujours des façons de le rendre plus coquet pour la visite. Nous avons un grand PAX qui sert de rangement dans la pièce et c’est là que nous y cachons tous nos outils. Cependant, puisque notre collection grossit peu à peu, l’espace commençait à manquer. J’ai donc eu l’idée de fabriquer un coffre à outil. Une boîte bien simple, qui permettrait d’ajouter du rangement tout en étant jolie. Voici comment je m’y suis prise.

J’ai été très chanceuse, puisque la fabrication de ce petit meuble ne m’a rien coûté du tout! Une voisine cherchait à se débarrasser d’une planche de contreplaqué, je l’ai vite contactée, trop contente de ne pas avoir à en acheter. Et le recyclage c’est si beau, non? Bref, j’ai calculé les dimensions des panneaux selon la taille finale souhaitée pour le coffre (21.5" L x 22" H x 20" P) et j’ai ensuite tracé tous les morceaux sur la planche avant de débuter la coupe. J’ai utilisé une équerre pour être certaine que mes traits soient bien droits. Et petit truc, j’ai noté la disposition des panneaux (avant, arrière, dessus, dessous…) avant de les couper. Ça accélère le processus d’assemblage par la suite.

_dsc6187-blog coffre

Armée de ma scie ronde et de beaucoup de prudence, j’ai taillé tous les morceaux. Mieux vaut prendre son temps et tout revérifier avant de se lancer. S’il est possible de tailler un morceau trop grand, c’est plus problématique quand le morceau est trop petit!

Pour l’assemblage, j’avais d’abord pensé à coller et clouer les côtés, mais j’ai finalement opté pour de simples vis. Le coffre ne sera pas souvent déplacé et ça ne me dérangerait pas que les têtes de vis soient apparentes sur les côtés. Toutefois, j’ai pris soin de pré-percer les trous avant de visser. Ça réduit les risques que le bois ne fende.
photo-17-01-29-14-25-49 coffre

J’ai donc tout assemblé à l’exception du couvercle et j’ai peint le coffre en blanc. Si votre contreplaqué est beau, il peut être intéressant de le laisser naturel. Pour ma part, comme la planche qu’on m’a donnée avait été partiellement peinte d’un côté, je préféré tout repeindre.

photo-17-01-29-14-24-05 coffrephoto-17-01-29-14-26-44 coffrePour fixer le couvercle, j’ai simplement utilisé deux charnières. Le coffre sera adossé à un mur, je n’avais donc pas besoin d’utiliser une chaînette pour retenir le couvercle ouvert. J’ai toutefois pris soin de pré-percer les trous avant de visser. Et petit truc, pour éviter de passer à travers le bois avec la mèche, je colle un bout de ruban indiquant jusqu’où percer. Super simple et ça évite les accidents!

photo-17-01-29-14-26-23 coffrephoto-17-01-29-14-25-21 coffre_dsc6203-blog coffre

Et finalement, pour mon côté artistique, j’ai peint des silhouettes d’outils sur le dessus. J’ai trouvé des modèles sur Internet que j’ai imprimés et ensuite découpés dans un acétate. Je l’ai collé sur le coffre et j’ai pris soin de protéger toutes les surfaces que je ne souhaitais pas peindre. Puisque j’ai utilisé de la peinture en aérosol, cette étape est très importante. L’aérosol produit une fine poudre très vaporeuse qui retombe ensuite sur les objets et les planchers. Plutôt salissant et indésirable…
photo-17-01-29-14-17-22 coffrephoto-17-01-29-14-17-40 coffreEt voilà! Je suis très contente de cet ajout qui augmente le rangement tout en cachant les objets qu’on ne veut pas voir à tous les jours. Évidemment, ce même coffre pourrait être utilisé pour autre chose que des outils, que ce soit jouets, literie ou même comme boîte à bois. Et si vous êtes assez chanceux pour avoir un foyer à la maison, je vous envie, vous n’avez pas idée!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault