Top 10 de l’année

En cette fin d’année, j’ai passé en revue tous les articles publiés en 2017 sur La Maison de Chapeau. Voici donc mon petit palmarès personnel de ceux que j’ai particulièrement aimé écrire.

JANVIER

Quelques trucs de comment intégrer des livres dans son décor sans bibliothèque. Pour moi, les livres sont de si beaux objets, ils sont des éléments décoratifs que j’aime disperser un peu partout dans ma maison.

MARS

En mars, je partageais avec vous mon besoin de sortir occasionnellement de la ville et de la routine. À plusieurs reprises, Raphaël et moi avons loué cette superbe maison de campagne pour nous reposer et décrocher. L’endroit a malheureusement (pour nous) été vendu, mais nous en garderons de merveilleux souvenirs.

AVRIL

Ce petit DIY tout simple à réaliser a amélioré ma qualité de vie, ce n’est pas peu dire! J’aime prendre un bain en regardant une émission sur mon ordinateur. D’ailleurs, le bain était l’une des choses qui m’enchantaient le plus lorsque nous avons acheté notre loft. J’en ai été privée pendant beaucoup trop longtemps! Cette tablette rend cette expérience de détente infiniment plus confortable et en plus, elle est beaucoup plus belle que bien des tablettes qu’on retrouve en boutique.

MAI

Pour la fête des Mères, je me suis donnée corps et âme dans l’organisation d’un thé à l’anglaise pour ma maman chérie. J’étais franchement fière du résultat et je pense que toute ma famille a adoré.

Aussi en mai, je vous partageais notre petite escapade d’une nuit au Diable Vert. Avec son pâturage sur fond de montagnes et les vaches Highland qui cohabitent avec les campeurs, on dirait un petit coin d’Europe transporté en Estrie!

JUIN

Pour nos vacances cette année, nous nous sommes envolés pour le très chaud Bélize. La deuxième plus grande barrière de corail au monde et les ruines Maya nous attendaient pour nous en mettre plein la vue. De jolis souvenirs pour nous!

AOÛT

Dans un tout autre registre, si vous n’avez pas encore essayé cette recette de macaroni au fromage fumé, vous ne savez pas ce que vous manquez! Juste d’y penser j’ai envie d’en manger!

SEPTEMBRE

En septembre, j’ai restauré une vieille chaise qui a appartenu à ma grand-mère. La pauvre avait eu la vie difficile pendant très longtemps. Mais il a été si simple de lui redonner une deuxième vie, ça aurait été bien triste qu’elle trouve le chemin du dépotoir sans être secourue.

C’est aussi au début de l’automne que nous nous sommes exilés le temps d’une fin de semaine chez Kabin Sutton. À défaut de ne plus pouvoir retourner dans la belle maison de campagne du Rang C, nous avons trouvé un autre endroit où repos et nature sont au rendez-vous. Je recommanderais l’endroit à n’importe qui!

NOVEMBRE

Et finalement, parce qu’éviter le gaspillage me tient vraiment à cœur et que c’est un peu une fierté personnelle d’être capable de l’éviter au maximum, j’ai écrit cet article dans lequel j’ai partagé quelques trucs pour planifier mon menu et éviter de jeter de la nourriture.

Somme toute, une année bien remplie! J’ai déjà des idées de sujets à vous partager pour 2018. Alors à l’an prochain j’espère!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

Une courte retraite chez Kabin Sutton

Même si ça fait 14 ans que je vis à Montréal, je resterai toujours une petite fille de la campagne. Il y a quelques mois, j’ai partagé avec vous la maison du rang C que Raphaël et moi aimions visiter à l’occasion, quand le besoin de détente était trop grand. Hors, j’ai découvert à regret qu’elle a été vendue. J’étais débobinée d’apprendre que je ne pourrais plus jamais y retourner. mais j’en garde de merveilleux souvenirs. Néanmoins, mon besoin d’évasion hors de la ville était toujours bien présent et j’ai donc entrepris de chercher un nouveau repère aussi apaisant. C’est en furetant que je suis tombée sur le site de Kabin Sutton, qui offre des chalets contemporains qui semblent ne faire qu’un avec la nature.

Dressés sur pilotis, les 7 chalets sont orientés de manière à offrir une vue sur la forêt. Relativement luxueux, chacun est équipé d’un poêle à combustion lente, d’une télé avec Apple TV, d’une cuisine toute équipée, d’une chambre fermée avec lit king et d’un spa privé encastré à même le balcon.  Un design hyper épuré rend les lieux très neutre pour ses visiteurs. Je n’avais pas l’impression d’arriver chez quelqu’un.

J’espérais que le temps soit frais, car je souhaitais profiter du poêle à bois. Au lieu de ça, nous sommes tombés sur les quelques jours de canicule en septembre… Mais heureusement pour nous, la proximité de la forêt nous a offert de l’air frais en soirée. Nous n’avons donc pas boudé notre plaisir et nous avons fait un feu, la porte grande ouverte!

Bien que les 7 maisons soient sur le même site et assez rapprochées les unes des autres, tout a été pensé pour offrir le maximum d’intimité. J’ai trouvé ingénieux les fenêtres en hauteur, permettant une entrée de lumière, sans laisser voir les habitants. Les balcons, quant à eux, sont équipés d’un muret sur un seul côté, afin d’éviter les regards des voisins, sans cacher la splendeur des arbres. Nous avons grandement profité du spa en regardant les feuilles rougir et les étoiles une fois la nuit tombée.

Notre séjour fut bref, mais tellement reposant. L’arrivée et le départ s’est fait sans que nous n’ayons à interagir avec personne. La clé avait été laissée dans une boîte à combinaison et elle n’avait qu’à être remise à la même place au moment de quitter. Ça ajoutait à l’impression d’arriver chez nous et non à l’hôtel.

Évidemment, ce n’est pas notre belle maison du rang C, mais l’expérience a été plus que positive. En grand besoin de repos, nous avons été capables d’oublier tout le stress laissé en ville dès que nous avons posé pied dans la petite maison.

On y reviendra, assurément!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Banc d’essai: écrans solaires

Je ne fais pas partie de celles qui ont un beau teint doré en été. Ma peau est hyper sensible et je brûle en un rien de temps. Par exemple, il est impensable pour moi d’aller dîner sur la terrasse du bureau si le parasol n’est pas ouvert. Quinze minutes suffisent pour que je sois victime d’un coup de soleil. Vous aurez donc deviné que les séances de bronzage ne font pas partie de mes passe-temps, mais il arrive parfois que je n’aie pas d’autre choix que de m’exposer aux rayons du soleil.

Lors de notre voyage au Bélize, j’avais mis dans mes bagages une bonne quantité de protections solaires. Que ce soit en bateau, en apnée ou en trekking, il y a eu maintes occasions où je ne pouvais pas me réfugier à l’ombre. Alors, bien que je déteste la sensation de la crème solaire sur ma peau, ça reste toujours mieux qu’une brûlure. Et c’est sans parler des risques de cancer.  J’ai donc apporté différents produits, afin de les comparer et de trouver mon préféré.

LA ROCHE-POSAY

Cette brume fancy ne m’a pas ravie… Tout d’abord, l’odeur est un peu étrange. J’avais l’impression de sentir l’étable. Raphaël ne partageait pas mon avis là-dessus, mais il était d’accord pour dire que ça sentait bizarre. La brume est très légère à l’application, mais le fini poudreux était un peu désagréable et j’avais quand même l’impression que c’était gras. Je trouve donc que le produit ne vaut pas les 32$ investis. Du moins, ce n’est pas pour moi!

NEUTROGENA

J’ai essayé la brume et la crème pour le visage Neutrogena. Les deux produits étaient un peu gras au toucher, mais il faut dire que j’en utilise abondamment. La brume en général a ses avantages et ses inconvénients. Elle s’applique très rapidement et facilement, mais lorsque le temps est venteux, il se peut qu’elle se disperse dans l’air avant d’atteindre votre peau.

J’ai utilisé la crème formule visage sur le reste de mon corps, mais elle est plus difficile à étendre. Il faut être généreux pour être certain de bien couvrir toutes les parcelles de peau.

Pour ceux et celles qui n’aiment pas les produits solaires aux odeurs trop prononcées (coco, banane et autres fruits exotiques), les produits Neutrogena sont un bon choix. Ils sentent la crème hydratante tout simplement, c’est donc plutôt subtil.

SUN BUM

Raphaël et moi sommes un peu virés zinzin devant le rayon de produits Sun Bum à la pharmacie. Nous avons acheté une crème, une crème pour le visage, une brume et un bâton pour le visage. Tous leurs produits ont une petite odeur de banane (j’imagine que ça a un lien avec leur logo, qui est un singe). Ce n’est peut-être pas pour la vie de tous les jours, mais en vacances je trouve que c’est ok de sentir les vacances. 😉

Raphaël a plutôt utilisé l’écran solaire en vaporisateur, car il aime la facilité d’application. Ce produit était d’ailleurs un peu plus sec au toucher.

Pour ma part, je préfère aller vers la crème, car j’ai l’impression que la protection est meilleure pour moi (c’est peut-être juste dans ma tête cela dit…). Elle s’appliquait extrêmement facilement. Je trouvais la texture plus fine et plus facile à étendre que les autres crèmes que j’avais utilisées auparavant. C’était encore plus vrai avec la crème pour le visage, que j’ai toutefois trouvé très grasse. Plus que la crème pour le corps.

Le dernier produit testé était un peu différent. Il s’agissait d’un bâton pour le visage. Au même titre qu’un bâton d’antisudorifique, cet écran solaire est solide et vient dans un petit tube rigide. Il suffit de le frotter sur le visage et d’étendre un peu avec les mains. Le produit n’était pas trop gras sur la peau : un gros plus. J’ai aussi trouvé le format pratique; on peut facilement le glisser dans sa poche si on ne veut pas traîner un gros tube. Je l’ai utilisé à quelques reprises sur de petites régions du corps comme le dessus des mains, le cou et les chevilles (lorsque je portais un capri).

CONCLUSION
En conclusion, pour les vacances ou en voyage, j’opterais de nouveau pour la crème et la brume Sun Bum. Ils m’ont permis de garder ma petite peau fragile sans rougeur, malgré une exposition prolongée au soleil. La facilité d’application rendait l’expérience un peu moins pénible également.

Pour la vie de tous les jours, j’irais peut-être plus vers Neutrogena et le bâton pour le visage Sun Bum. Le premier pour son odeur très subtile et le deuxième pour son côté pratique.

Si vous faites beaucoup d’activités nautiques, je recommanderais toutefois un rashguard. Je m’en suis procuré un à manches longues pour le Bélize et je n’ai pas regretté mon achat. Il agit comme isolant si l’eau est froide, vous garde au frais en dehors de l’eau lorsqu’il est humide et vous assurera une protection solaire continue sans avoir à appliquer de crème solaire toutes les heures. C’est un rapport qualité-prix très satisfaisant dans mon cas.

Et vous? Quelle protection solaire préférez-vous?

-Claude
© Textes et photographies : Claude Bourgault