Une journée aux Îles-de-Boucherville

Le parc des Îles-de-Boucherville est tellement près de Montréal que je ne comprends pas pourquoi je n’y suis pas allée avant. C’est donc par un chaud vendredi de congé que j’ai proposé à Raphaël d’aller y faire un tour.

Nous avons tout d’abord opté pour une balade en kayak de mer avec l’intention de parcourir tout le sentier nautique balisé. J’ai été un peu surprise de voir la quantité de bateaux à moteur à l’intérieur du parc. Si je ne suis pas contre ce genre d’embarcation, je trouve tout de même que ça brise un peu la tranquillité des lieux. Surtout quand un groupe, visiblement là pour faire la fête, monte un peu trop le volume de sa musique… Malgré tout, l’endroit est très joli et la première moitié du sentier est très agréable à traverser avec une partie sur le fleuve et une partie sur une rivière beaucoup plus tranquille. Ça s’est cependant un peu gâté au deuxième segment, car les algues ont envahi le cours d’eau. C’était dense et épais et j’avais l’impression que le kayak était constamment sur les freins. C’était joli certes, mais difficile d’y pagayer.

Après avoir remisé notre embarcation et nous être ravitaillés, nous avons décidé de terminer notre visite par une marche à travers le sentier de la Grande Rivière. Un circuit de 2 h au niveau de difficulté très faible, mais franchement agréable à parcourir! Le sentier gazonné qui passe à travers prairies et boisés, l’odeur de l’herbe, des feuilles, des framboises, sentir la fraîcheur et la chaleur se bousculer à notre passage; tout ça dans la belle lumière de fin de journée. C’était assez féerique, je dois l’avouer! On était bien et nous marchions lentement pour profiter du moment. Personne d’autre ne semblait avoir emprunté le sentier à ce moment, mais nous avons  tout de même croisé près d’une dizaine de marmottes et un chevreuil. Les amateurs d’oiseaux seront également servis au parc des Îles-de-Boucherville. On en recense plus de 240 espèces.

Somme toute, pour quelqu’un qui habite la région de Montréal, je recommanderais le parc des Îles-de-Boucherville. Mais pour celui ou celle qui cherche la tranquillité et qui désire se perdre en pleine nature, ce n’est pas la meilleure destination. La présence des bateaux à moteur et le murmure constant de la ville nous rappelle qu’on est toujours en banlieue. Malgré tout, j’y ai passé un bien beau vendredi de congé!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

Advertisements

J’en rêve en juillet

Encore plein de jolies choses qui me font rêver en ce bel été.

Cette chaise de jardin me fait penser au classique modèle Solair souvent associé aux motels des années 70. Saviez-vous qu’elle a été créée par deux designer montréalais? Enfin, si j’avais une terrasse, c’est certainement le genre de mobilier qui me plairait.

Depuis son ouverture, j’ai envie d’aller visiter le restaurant Vin Mon Lapin. Des mêmes propriétaires que Joe Beef, Liverpool House et Vin Papillon, ce nouveau venu de la Petite-Italie a tout pour devenir une institution à son tour. Je salive juste à y penser.

J’aime beaucoup boire mes cocktails à la paille et il y a longtemps que j’ai fait le saut aux pailles de en acier inoxydable. J’avais toutefois du mal à en trouver des plus courtes pour les verres de type lowball. Elles sont rares! J’ai finalement trouvé celles-ci, et je compte bien en commander un ensemble.

Non mais, avez-vous vu la couleur de ces faux cactus!? J’ai récemment développé un intérêt pour les fausses plantes, surtout pour les coins peu éclairés. Certaines sont tellement bien faites qu’elles ont vraiment l’air vrai. Dans ce cas-ci, peu probable que quelqu’un soit berné par ces cactus colorés, mais ils sont franchement jolis!

Pour rester dans le domaine floral, cette jardinière m’est vraiment tombée dans l’œil. Le fait qu’elle soit blanche lui permet de trouver sa place dans bien des décors malgré l’originalité de sa forme. J’ai toujours eu un faible pour les diplodocus, ils ont l’air gentil vous ne trouvez pas?

Claude

Notre salon

Je vous partageais il y a quelques semaines mon excitation face à notre nouveau meuble de télé que Raphaël a fabriqué. C’était pour moi le dernier gros morceau à remplacer dans notre salon. Lorsque nous avons emménagé, nous avions de vieux divans, une lampe et un meuble de télé en mélamine. C’était clair pour nous que tout ou presque serait à remplacer éventuellement. Ça nous aura pris deux ans pour compléter ce processus et j’ai eu envie de faire une petite visite de ce coin de ma maison que j’aime tout particulièrement.

Tout d’abord, petit retour en arrière : voici de quoi avait l’air l’espace à notre arrivée. De grandes fenêtres et de très hauts murs blancs. Je dois avouer que ça pouvait paraître un peu intimidant au départ de trouver comment meubler cette partie de notre loft efficacement.Et pendant un long moment, l’aménagement a eu l’air de ceci. Nous avons habillé l’espace comme nous avons pu en sachant bien que c’était temporaire. Nous n’avions toutefois pas une idée claire du look recherché pour notre salon.

Une des premières choses que nous avons achetée est le tapis jaune canari. J’avais très envie d’un punch de couleur et je n’ai vraiment aucun intérêt pour les tapis brun-beige… Mais notre maison étant un loft, l’espace à combler était grand et la carpette choisie était un peu trop petite. Mais mon beau tapis jaune, je l’aiiiiiime! Pour pallier ce problème, nous avons décidé d’opter pour la superposition en ajoutant un deuxième tapis de couleur neutre en dessous.

La table à café est un DIY que j’ai déjà partagé ici. Je me dis que peut-être un jour j’aurai envie de quelque chose de moins brut, mais pour l’instant je l’aime encore beaucoup. J’apprécie tout particulièrement le rangement qui cache un peu ce qu’on ne veut pas voir traîner en permanence.

Comme tables d’appoint, nous avons trouvé deux modèles similaires dans deux boutiques différentes. La plus grande chez Ikea et la petite chez Zone Maison. L’option rangement est intéressante, mais j’aime aussi le fait que ce n’est pas massif dans le décor.

Pour remplacer nos vieux divans de cuir, j’ai cherché plutôt longtemps! On pensait à un sectionnel, mais pour être honnête, je ne trouve pas ça aussi beau qu’un sofa 3 places. Ou alors les modèles  plus intéressants étaient hors de prix. J’ai toutefois réussi à vendre l’idée à Raphaël d’avoir deux fauteuils et un canapé plutôt qu’un ensemble sofa trois places et causeuse assortis. La bergère verte était pour moi un gros coup de cœur, surtout par sa couleur. Quand j’ai vu qu’Ikea allait arrêter de produire ce fauteuil en vert, nous nous sommes précipités pour en acheter un. Le modèle est toujours disponible, mais la sélection de couleurs est différente.

Le petit fauteuil au motif triangulaire a aussi été un coup de cœur par son design et sa forme rétro. J’étais hésitante de peur que l’ensemble ne s’amalgame pas harmonieusement, mais je n’ai pas regretté. Il est cute au coton si vous me permettez l’expression!

Finalement, après quelques mois de recherches, je suis tombée sur ce canapé trois places et j’ai su qu’il était pour nous. Le détail des coutures, les panneaux de bois qui remontent sur les côtés, la texture et la couleur du tissu, sa forme légèrement arrondie. Il m’était tombé dans l’œil!

Côté déco, les livres sont à l’honneur. J’aime les beaux livres et j’en laisse toujours traîner sur la table à café. Quelques plantes viennent apporter un côté organique. Bien que je n’aie pas vraiment le pouce vert, je semble m’en tirer pas trop mal. Peu de mortalité de ce côté. Haha! Sur le divan et les fauteuils, quelques coussins partageant la même gamme de couleurs ont été placés. Le panache de wapiti est une pièce maîtresse et je suis heureuse de le voir enfin au mur, car il a traîné pendant des années dans mon ancien appartement. Il était vieux et en mauvais état et je n’avais pas l’espace nécessaire pour l’installer. Il a été restauré dans le but de le vendre, mais finalement je n’ai pas pu m’en défaire.

Quant au mur de planches de cèdre, il a complètement changé l’espace. Apportant un côté plus chaleureux, il donne beaucoup de dimension à la pièce. Il a aussi beaucoup aidé à réduire l’écho dû à nos plafonds de béton et notre très grand espace ouvert.

Finalement, comme la superficie à couvrir était grande, j’ai réquisitionné un coin du salon pour en faire un petit bureau. J’y ai suspendu mon affiche de l’illustrateur Pascal Blanchet et ça complémente tellement bien ce coin. Le petit bureau a été acheté sur Kijiji il y a quelques années et j’ai restauré une vieille chaise qui a jadis appartenu à ma grand-mère.

Au final, je trouve que notre salon est bien habité sans avoir l’air surchargé. Il est super fonctionnel et confortable. Je m’attarde souvent à en observer les détails. Je suis contente que nous ayons pris notre temps et changé les éléments graduellement. Ça permet de prendre un peu de recul et réfléchir à l’ensemble. Une franche réussite. Du moins à mes yeux!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault