Un long week-end au Far West

Pour des raisons financières, nous nous étions dit que nous n’allions pas voyager en 2018. On souhaitait sauter une année et faire un plus gros voyage l’an prochain. Mais à l’automne, l’idée d’acheter des billets d’avion a commencé à nous démanger. On a donc envisagé de partir en long week-end seulement. Un voyage express, mais dont on pourrait profiter au maximum. À cause du temps de vol et du décalage horaire, l’Europe a vite été écartée. Et puisqu’un jour on aimerait faire une grande tournée des parcs nationaux de l’ouest des États-Unis, on s’est dit qu’on pourrait commencer par en cocher quelques-uns sur notre liste. À la mi-mars, nous avons donc mis le cap sur Monument Valley, le Parc National de Zion et le parc de Valley of Fire. Trois états, trois parcs et 4 jours très très remplis! On savait qu’on ne dormirait pas beaucoup, mais qu’on profiterait de chaque seconde passée là-bas. Nous sommes jeunes et en forme, aussi bien en profiter!

Nous avons volé jusqu’à Las Vegas et pris possession de notre voiture de location dès la sortie de l’aéroport. C’était pour nous un point de transit et nous n’avons pas passé une seule minute à visiter cette ville de party. La première journée s’est passée sur la route à voir défiler les paysages de l’Arizona. Je n’avais jamais vu de région désertique et j’étais excitée comme une fillette. Nous n’avions pas le temps de nous arrêter en chemin si nous voulions atteindre notre objectif, mais j’ai parcouru des routes plus ennuyantes dans ma vie, je vous le garantis! Arrivés à notre hôtel après le coucher du soleil, nous attendions le lendemain matin avec grande impatience, car nous allions passer la journée entière à Monument Valley.

Il faut savoir que j’ai une fascination pour Monument Valley depuis que je suis toute petite. En y repensant plus récemment, je me demande si mon intérêt pour le monde western ne me vient pas de Lucky Luke et Back to the future III. C’est bête à dire, mais ces images m’ont marquée et beaucoup impressionnée. C’était donc bien spécial pour moi de m’y rendre enfin. On s’est tiré du lit à 5 h du matin. Une trentaine de minutes de voiture nous séparait du parc et on voulait à tout prix voir le lever du soleil. En chemin, les premières lueurs se faisaient de plus en plus présentes et on a eu bien peur de manquer notre coup. La voiture stationnée, nous nous sommes empressés de nous rendre au point de vue, caméra à la main. J’y croyais à peine, le West Mitten, le East Mitten et le Merrick se découpaient sur un ciel embrasé par les premiers rayons du soleil. La lumière était parfaite, l’air était frais sur mon visage et pas un souffle de vent ne sifflait dans nos oreilles. Nous étions remplis de sérénité et j’étais bien émue!

Nous avons poursuivi la journée en visitant le parc et j’étais tellement impressionnée par le calme qui y régnait. En marchant la Wildcat Trail, je n’en revenais pas de voir que nous étions absolument seuls au monde et que le silence était total lorsque le vent se calmait. Aucune photo ou vidéo ne peut rendre justice à cet endroit si vaste et imposant. En fin de journée, un guide Navajo nous a emmenés aux endroits les plus photogéniques pour nous permettre de prendre des clichés dans la belle lumière du coucher du soleil. Il faut savoir que Monument Valley est encore à ce jour un territoire Navajo et que certains d’entre eux habitent encore sur les lieux. Accompagnés d’un guide, les touristes peuvent s’aventurer au-delà des pistes balisées et en voir un peu plus. Nous en avions plein les yeux en regagnant notre cabine qui avait une vue imprenable du parc. Une expérience inoubliable.

Le lendemain matin, c’est à la noirceur et dans une tempête de neige que nous avons repris la route en direction du Parc National de Zion en Utah. De ce que j’ai vu et lu, l’Utah est un état assez exceptionnel en frais de parcs nationaux et paysages tout droit sortis d’une autre planète. Nous voulons absolument y retourner pour en voir davantage, ça vaut certainement le détour! Et dès que nous avons passé la guérite du parc de Zion, nous nous sommes exclamés, la bouche grande ouverte. WOW!!! Un canyon encadré de pics rocheux aux couleurs magnifiques et, cerise sur le sunday, il avait neigé durant la nuit et tout était saupoudré de poussière blanche. On se sentait tellement petits, nos yeux n’étaient pas assez grands pour tout voir. Comme nous n’avions qu’une seule journée à y passer, nous devions choisir judicieusement les treks que nous allions marcher. Le défi du jour pour nous était de grimper le Angels landing, un trek très abrupt qui comporte son lot de danger, car la dernière section est flanquée de précipices et des chaînes ont été installées pour aider les marcheurs à se hisser jusqu’au sommet. On se pensait capables d’accomplir cette montée facilement, mais on était épuisés et à bout de souffle. Disons que l’altitude est bien différente de ce qu’on expérimente à Montréal! Nous avons décidé de nous arrêter au premier point de vue et de ne pas compléter une partie du sentier bordé de chaînes. La piste est très populaire et j’avais l’impression que je devais me presser pour ne pas retarder les autres marcheurs, ça me rendait un peu mal à l’aise. Mais le coup d’œil, je vous dis pas! C’était spectaculaire! Et même si la marche était un défi physique autant à la montée qu’à la descente, nous n’avions aucun regret. C’était incroyable de voir la rivière couler au fond de cette vallée recouverte de végétation, avec ces rochers gigantesques qui l’encadraient de chaque côté. La lumière était parfaite et on aurait vraiment dit une carte postale. Je retournerai certainement à Zion pour explorer d’autres parties de ce très grand parc.

Pour la dernière journée, nous avions prévu nous lever tôt encore une fois et faire un arrêt au parc de Valley of Fire dans le Nevada avant de retourner à Las Vegas. Nous avons toutefois eu la surprise de nous faire réveiller par une vingtaine de bisons qui s’étaient sauvés de leur enclos et qui déambulaient tranquillement devant notre cabine. Quelle vision! Difficile de ne pas se sentir comme une cow-girl au Far West en me réveillant dans une cabane en bois rond pour regarder passer le bétail! Nous avons évidemment vite attrapé nos caméras pour aller leur tirer le portrait et pendant que j’essayais d’ajuster mes paramètres, je n’ai pas entendu le troupeau de bisons en cavale qui arrivait en courant et fonçait droit sur moi! J’ai pris mes jambes à mon cou afin de me retirer de leur trajectoire, ne pouvant croire à cette aventure. Toute cette histoire nous a mis un peu en retard sur notre horaire et notre visite à Valley of Fire a été un peu écourtée. Nous avons toutefois eu le temps d’admirer une partie de ses rochers couleur de feu. Nous étions passés de -5 degrés à notre réveil au Utah à maintenant 20 degrés au gros soleil. Pas certaine que j’irais en plein mois de juillet! Néanmoins, j’étais un peu déçue qu’on ne puisse y rester plus longtemps, car l’aperçu auquel nous avons eu droit était rudement joli!

C’est épuisée, endolorie par toute cette marche et la tête remplie d’images magnifiques que je suis embarquée dans l’avion pour le retour. Ayant peine à réaliser que j’avais parcouru tous ces kilomètres et vu autant de paysages incroyables en si peu de temps. Un voyage éclair certes, mais un voyage dont je me souviendrai longtemps.

Je vous laisse sur cette vidéo qui résume bien notre aventure. Maintenant, je ne pense qu’à repartir! Ah!

Claude
© Textes et vidéo: Claude Bourgault, photographies: Raphaël Paré.

Advertisements

Chaï latte glacé au rhum

Depuis quelques mois, je carbure au chaï latte. J’ai toujours été une grande fan de ce mélange d’épices réconfortant. Je vous propose donc une version glacée et festive de cette boisson, avec une touche de rhum.

(Pour 2 verres, parce que c’est tellement meilleur en bonne compagnie! 😉 )

  • 1 tasse d’eau bouillante
  • 1 sachet de thé chaï
  • 1 c. à thé de miel
  • 1 tasse de lait
  • 2 onces de rhum brun
  • Glaçons
  • Cannelle moulue

Faire bouillir l’eau, y dissoudre le miel et infuser le thé selon le temps indiqué. Verser la boisson chaude dans un shaker rempli au tiers de glaçons, ajouter le lait et le rhum et remuer vigoureusement jusqu’à ce que le mélange soit bien refroidi. Verser dans un verre de type lowball et saupoudrer de la cannelle moulue au goût.

À déguster autant au bord du feu en hiver que sur la terrasse en été!

Santé!

Claude
© Textes et photographies: Claude Bourgault

J’en rêve en mars

Ce n’est peut-être pas évident avec la tempête de neige qui nous tombe dessus en ce moment, mais le printemps est à nos portes! Voici donc ce qui m’a fait rêver dernièrement.

Je commence peu à peu à apprécier les fleurs et j’aimerais les intégrer davantage chez moi. Ces jolis vases couleur menthe sauraient bien les mettre en valeur.

J’ai un faible pour les bottillons en général, mais ceux-ci en cuir jaune seraient absolument parfaits pour le retour du printemps. Quel accent de couleur!

Je vois cette affiche un peu partout sur les blogues de décoration et je me dis chaque fois que je la trouve bien belle. Une devise à retenir.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre au restaurant Blumenthal, mais cette photo m’y fait rêver. Toute cette lumière, du velours vert et des chaises noires, c’est très chic. Le décor est sublime et le menu m’ouvre l’appétit!

J’aime tout, tout, tout noter dans la vie et quand je voyage, j’aime bien apporter un petit carnet avec les informations importantes relatives aux endroits que je vais visiter ou aux hébergements que je fréquenterai. Ce carnet spécialement conçu pour les voyages me rend un peu gaga. Je le mettrais bien dans ma valise pour ma prochaine aventure.

Claude